De l’eau alors !

«À l’échelle cosmique, l’eau est plus rare que l’or»
Hubert Reeves.

On aura beau être assoiffé d’or, on n’en mourra pas, alors que pour l’eau…

Votre chronique du huit portera aujourd’hui sur notre responsabilité face à cet élément vital.

Tout d’abord, j’hésite sur l’angle à adopter pour cette réflexion. Je n’ai pas trop envie d’étaler désolation et culpabilité face au problème bouillant de l’eau. Je choisirai donc de délaisser les angles et d’y aller avec fluidité, inspirée j’espère par l’élément en question.

Alors, suivons le courant :

L’eau couvre 72 % de la surface de notre planète. L’eau douce ne représente même pas 3 % du total, et l’eau douce potable, seulement entre 1 et 0,3 %. C’est trop peu.

Les médias nous montrent des milliers de personnes qui doivent parcourir quotidiennement des distances ahurissantes pour avoir accès à l’eau potable.

Les Européens sont plus près que nous du problème. Acculés à la réalité de la raréfaction de l’eau, ils sont plus enclins que nous à changer leurs habitudes. Nos gouvernements quant à eux, font des choix extrêmement polluants au détriment de cette ressource indispensable et au profit de l’économie, l’or.

En tant que citoyens responsables ayant pris acte de cette situation, que ferons-nous? Ce ne sont pas les listes de «petits-gestes-pour-la-planète» qui manquent.

Avant d’être obligés d’agir par la crainte, peut-on peut encore agir par amour?

Tant qu’à cracher dans l’eau, le soir en se brossant les dents, on pourrait le faire consciemment… et minimalement, réduire un peu le débit du robinet.

Andrée Robert
http://www.arlittera.com

1er septembre 2012

Publicités

Hymne à la nuit noire: Sauvons nos étoiles!

C’est très sérieux, on ne parle pas des étoiles hollywoodiennes ni des étoiles sportives qui éclairent le firmament olympique. Il est question ici des vraies étoiles, celles que nous avons la chance de voir la nuit, au-dessus de nos têtes. En effet, les astronomes sonnent l’alarme : les étoiles sont en train de disparaître à cause de la pollution lumineuse.

univers étoilé
Elles sont éclipsées par la lumière artificielle des villes : alors que dans un ciel vraiment noir, on peut en voir des milliers, à Montréal par exemple, on n’en distingue plus qu’une vingtaine! Qu’en est-il dans notre région? Et pourquoi devrions-nous nous sentir concernés?
Réponse : parce que la nuit est essentielle à la vie!
Saviez-vous que la mélatonine, hormone importante du corps humain, responsable des rythmes biologiques et de la réponse de notre système immunitaire, n’est sécrétée qu’en l’absence de lumière?
Certains types de cancer affecteraient même davantage les travailleurs de nuit. La diminution de cette hormone provoque des troubles du sommeil. Sans compter que l’éclairage artificiel dérange également les rythmes biologiques des animaux. La pollution lumineuse ou «photopollution» n’est donc pas sans conséquence sur le vivant.
L’énergie lumineuse dépensée à éclairer inutilement le ciel s’élève chaque année à près d’un milliard de dollars. Cette énergie est purement gaspillée et contribue à augmenter l’émission des gaz à effet de serre. Attention : le Québec est la zone géographique réputée pour générer le plus de lumière par habitant au monde, un gaspillage qui coûte des millions de dollars par an!
Même loin des grandes villes, notre mode de vie ne nous permet pas d’ignorer ce phénomène. Voici quelques recommandations pour contribuer à diminuer cette source de pollution :
Éliminer les sources lumineuses blanches et énergivores (mercure, halogène);
Remplacer les luminaires qui envoient de la lumière vers le ciel;
Réduire l’excès d’éclairement;
Éteindre certaines lumières en dehors des heures d’utilisation.

À cela j’ajouterais : sortons!
Allons bénéficier du paysage nocturne et de la beauté du ciel étoilé. Si la lumière du jour nous permet de voir le monde qui nous entoure, elle nous cache l’immensité que seule la nuit noire peut nous révéler. Cette immensité fait partie de ce que nous sommes, chérissons-la, nous en sommes responsables.
Près de chez nous, la Réserve internationale de Ciel étoilé du Mont-Mégantic vise à préserver, aujourd’hui et pour l’avenir, l’accès pour tous à l’expérience du ciel étoilé. C’est une fierté pour notre région.

Andrée Robert
http://www.arlittéra.com

1er août 2012

Chronique «du bout» du Huit…

Chronique «du bout» du Huit…

boule de billart 8

NDLR :
Le «bout du Huit» évoque l’endroit où est situé l’écovillage que j’habite depuis 1984. C’est depuis cette époque que la Cité Écologique est installée, au bout du 8e Rang, à Ham-Nord. Avec le temps, elle est devenue l’écovillage le plus important au Canada.

Mettons les choses au clair tout de suite : le 8 n’a pas de «bout». C’est le seul chiffre qu’on peut dessiner sans s’arrêter et sans que le crayon quitte le papier. D’ailleurs, pour ceux que ça intéresse, le huit est considéré comme un nombre chanceux. On n’a qu’à penser à la boule de billard.

Vous n’êtes pas convaincu? Dans la culture chinoise, le huit sonne comme le mot «prospérité» en cantonais. C’est pour cette raison que lors des Jeux olympiques de Pékin, les organisateurs ont tenu à ce que la cérémonie d’ouverture ait lieu le 8 août 2008 à 20 heures et 8 minutes (08/08/08, 8 h 8). Ce n’est pas rien!

Vous voulez d’autres exemples? En voici un autre qui concerne encore les Chinois :
La plus ancienne trace de papier connue à ce jour a été découverte en Chine. Elle datait de l’an 8. Ils sont forts les Chinois!

Voici un huit étonnant : 
Saviez-vous que l’année 2008 a compté 1 seconde supplémentaire? En effet, à cause du ralentissement de la rotation de la Terre, le Bureau international des poids et mesures a décidé d’ajouter 1 seconde à la dernière minute de l’année 2008!

Un huit émouvant : 
En musique, une octave est un intervalle de 8 tons, qui donne la même note, d’une fréquence deux fois plus élevée.

Un huit sibyllin : 
La théorie de la structure de la conscience sur 8 circuits proposée par le Dr. Timothy Leary. (! ?)

Un huit cousu de bonnes intentions :
Le G8.

Un huit ambitieux : 
Les 8 objectifs du millénaire pour le développement, adoptés en 2000 à New York par 193 États membres de l’ONU. Ils ont convenu de les atteindre pour 2015. Ces objectifs recouvrent de grands enjeux humanitaires comme la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim, l’éducation primaire pour tous, l’égalité des femmes, la réduction de la mortalité infantile et l’amélioration de la santé maternelle.

Un huit édifiant : 
Le symbole de l’infini est un huit renversé : ∞
Le mot «infini» sert à qualifier quelque chose qui n’a pas de limite. C’est une notion à laquelle s’oppose aujourd’hui la finitude écologique de la Terre, comme le montre le philosophe Dominique Bourg : «Le maître mot de nos relations à la nature n’est plus la maîtrise possessive, mais la responsabilité.»

Et pour finir avec la sagesse chinoise :

«C’est parfois d’une situation désespérée que jaillit l’espoir.»
Lao She

Andrée Robert
http://www.arlittéra.com

1er juillet 2012