Archives pour la catégorie Uncategorized

La fin du monde

Dans quelques jours, nous allons tourner la dernière page du calendrier maya. À l’évidence, même si je ne crois pas à la fin du monde, ça me fait un petit quelque chose. Pas vous ? Après tout, ça n’a pas été donné à toutes les générations d’être témoins du passage d’un siècle, d’un millénaire, d’une ère et d’une fin du monde proclamée ! Nous sommes résilients. On va passer au travers.

On se souvient du bogue de l’an 2000. Le problème était bien réel. Il s’agissait en fait d’un problème de conception qui, s’il n’avait pas été réglé, aurait pu compromettre sérieusement notre mode de vie. C’est un ingénieur canadien qui a sonné l’alarme en 1980. Il a réussi à sensibiliser le monde entier, de sorte que finalement, vers 1995, la majorité des entreprises se sont décidées à investir pour mettre à jour les systèmes informatiques.

Comme on peut le constater, l’affaire est devenue importante pour les gens concernés, seulement cinq ans d’avance. On peut dire que le problème est entré dans leur champ de vision en même temps que dans leur plan quinquennal ! De grosses sommes étaient en jeu. On a fait les ajustements nécessaires et tout s’est bien passé.

Et si on faisait un «remake» du bogue à l’occasion de la fin du monde ? Cette fois, ce serait individuellement qu’on aurait à faire des ajustements. Imaginons que notre cerveau, un ordinateur d’une incroyable complexité, ait besoin d’une mise à jour de son système…

Nous nous réveillerions le matin du 22 décembre, comme les autres matins. Mais il y aurait eu des ajustements (nous y aurions mis le prix, évidemment) et notre conscience pourrait passer à un autre niveau… tranquillement. Peut-être qu’on trouverait des solutions nouvelles, auxquelles on n’avait pas pensé et qui deviendraient soudain évidentes… On aurait la générosité de les partager et l’audace de les appliquer. Nous aurions ce qu’il faut pour passer à une autre étape. L’intelligence, l’amour, le courage.

C’est ce que je nous souhaite à tous pour cette fin d’année. Et je me demande : avons-nous vraiment le choix ?

Andrée Robert
ARlittéra

Chronique «du bout» du Huit…

Chronique «du bout» du Huit…

boule de billart 8

NDLR :
Le «bout du Huit» évoque l’endroit où est situé l’écovillage que j’habite depuis 1984. C’est depuis cette époque que la Cité Écologique est installée, au bout du 8e Rang, à Ham-Nord. Avec le temps, elle est devenue l’écovillage le plus important au Canada.

Mettons les choses au clair tout de suite : le 8 n’a pas de «bout». C’est le seul chiffre qu’on peut dessiner sans s’arrêter et sans que le crayon quitte le papier. D’ailleurs, pour ceux que ça intéresse, le huit est considéré comme un nombre chanceux. On n’a qu’à penser à la boule de billard.

Vous n’êtes pas convaincu? Dans la culture chinoise, le huit sonne comme le mot «prospérité» en cantonais. C’est pour cette raison que lors des Jeux olympiques de Pékin, les organisateurs ont tenu à ce que la cérémonie d’ouverture ait lieu le 8 août 2008 à 20 heures et 8 minutes (08/08/08, 8 h 8). Ce n’est pas rien!

Vous voulez d’autres exemples? En voici un autre qui concerne encore les Chinois :
La plus ancienne trace de papier connue à ce jour a été découverte en Chine. Elle datait de l’an 8. Ils sont forts les Chinois!

Voici un huit étonnant : 
Saviez-vous que l’année 2008 a compté 1 seconde supplémentaire? En effet, à cause du ralentissement de la rotation de la Terre, le Bureau international des poids et mesures a décidé d’ajouter 1 seconde à la dernière minute de l’année 2008!

Un huit émouvant : 
En musique, une octave est un intervalle de 8 tons, qui donne la même note, d’une fréquence deux fois plus élevée.

Un huit sibyllin : 
La théorie de la structure de la conscience sur 8 circuits proposée par le Dr. Timothy Leary. (! ?)

Un huit cousu de bonnes intentions :
Le G8.

Un huit ambitieux : 
Les 8 objectifs du millénaire pour le développement, adoptés en 2000 à New York par 193 États membres de l’ONU. Ils ont convenu de les atteindre pour 2015. Ces objectifs recouvrent de grands enjeux humanitaires comme la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim, l’éducation primaire pour tous, l’égalité des femmes, la réduction de la mortalité infantile et l’amélioration de la santé maternelle.

Un huit édifiant : 
Le symbole de l’infini est un huit renversé : ∞
Le mot «infini» sert à qualifier quelque chose qui n’a pas de limite. C’est une notion à laquelle s’oppose aujourd’hui la finitude écologique de la Terre, comme le montre le philosophe Dominique Bourg : «Le maître mot de nos relations à la nature n’est plus la maîtrise possessive, mais la responsabilité.»

Et pour finir avec la sagesse chinoise :

«C’est parfois d’une situation désespérée que jaillit l’espoir.»
Lao She

Andrée Robert
http://www.arlittéra.com

1er juillet 2012