Archives pour la catégorie réflexion

Sablons le champagne, nous sommes tous des gagnants!

Sablons le champagne!
Sablons le champagne!

Pour votre première chronique du Huit en 2013, j’ai pensé que ce serait une bonne idée que nous commencions l’année en nous félicitant, car nous sommes tous des gagnants. En doutez-vous ? Lisez donc ce qui suit…

L’histoire commence dans la nuit des temps. À cette époque, vous faisiez partie d’un groupe très nombreux, 200 millions d’individus, au bas mot.

Confinés dans un espace restreint, vous étiez du nombre de ceux qui se préparaient sérieusement à relever un défi majeur. Tous allaient y faire face, mais peu d’entre vous étaient destinés à s’approcher du but, alors qu’un seul devait en sortir vainqueur.

Dans cette compétition, vous avez fait preuve de ténacité et de persévérance. Vous avez eu une attitude de champion, vous avez usé de stratégie. Il le fallait. Dès que le départ fut sonné, vous vous êtes retrouvé au milieu de l’agitation générale, dans un tourbillon euphorique, ruisselant de joie, précipité dans une course jubilatoire, très loin de ce que vous aviez imaginé.

Cependant, parmi les quelque 200 millions de participants ayant pris le départ, seulement quelques centaines traversèrent la première épreuve. Vous en étiez. Vous avez également réussi à vous qualifier pour l’éprouvante traversée des mailles d’un immense filet. Cette joute vous a demandé d’ajouter l’agilité à la vitesse afin de contourner les obstacles avec souplesse, tandis que ceux qui voulaient aller en ligne droite devaient y laisser leur vie.

Vous étiez peu nombreux à la fin du parcours. Mais il fallait encore faire preuve d’intelligence pour réussir à trouver l’angle parfait sous lequel aborder la phase finale.
Puis, ultimement, vous avez dû faire preuve de renoncement. C’est à ce moment-là que vous avez atteint la victoire.

Sur 200 millions de spermatozoïdes, c’est vous qui avez réussi à féconder l’ovule!

En ce début d’année, levons nos verres, championnes et champions, et rappelons-nous souvent, que nous sommes des gagnants!

Publicités

Une petite histoire qui en dit long

enfant

Aujourd’hui je relève le défi proposé par Cédric, de «Virtuose Marketing»
Le pari consiste à écrire en s’inspirant d’une métaphore présentée par Cédric et d’en tirer des conclusions, chacun à notre façon.
La voici :

Les moutons noirs

Un ingénieur, un physicien expérimental, un physicien théoricien et un philosophe se promenaient dans les montagnes d’Écosse.
Quand ils atteignirent un sommet, ils aperçurent un mouton noir sur une crête avoisinante.
— On voit que les moutons écossais sont noirs, déclara d’ingénieur.
— Il serait préférable de dire que certains moutons écossais sont noirs, dit le physicien expérimental.
Le physicien théoricien réfléchit un instant et dit
— Il serait plus correct de dire qu’au moins un des moutons écossais est noir.
— D’un côté, du moins, corrigea le philosophe.
(Histoire tirée du livre La Métaphore : voie royale de la communication, de Gérard Szymanski.)

Imaginons qu’un enfant ait pris part à cette promenade, que dirait-il?
Probablement quelque chose comme : «… Oh, regardez comme il est beau le mouton noir!»
Ne retrouve-t-on pas, dans cette simplicité, une belle part de vérité?

Notre intellect a tendance à vouloir organiser notre vision de la vie, à sa façon. Il dissèque l’information. Il est même prêt à couper un mouton en deux parce qu’il n’en voit qu’une moitié. C’est lui qui émet des statistiques du genre : «1 rejeton et demi par famille…»
Mais qui voudrait d’un demi-gamin? !

Le cœur, représenté par l’enfant, appréhende son univers de façon plus globale. La vie est indivisible pour lui, il baigne dans l’unité. L’enfant s’émerveille de chaque découverte. Inconsciemment, il sent que tout ce qu’il découvre fait partie de lui.

Notre intellect est important. On en a besoin, c’est indéniable, mais il doit se marier avec notre cœur afin qu’on ne perde pas l’essentiel de la Vie, la conscience de l’Unité et l’émerveillement qui en découle.

Andrée Robert
ARlittéra
http://www.arlittera.com