Gérer nos énergies…

Dans notre recherche d’énergie nouvelle, le nucléaire est un jour apparu comme une grande découverte. On l’a cru sécuritaire, propre et bon marché. On a probablement oublié son corollaire, l’accumulation de déchets hautement radioactifs qui demeureront dangereux pendant des centaines de milliers d’années. Oubliée aussi la possibilité d’un accident catastrophique, ou tout simplement l’usure naturelle qui engendre des frais d’entretien de plus en plus couteux pour un résultat de moins en moins sécuritaire.

énergie nucléaire

Nos réacteurs nucléaires sont les mêmes que ceux de Tchernobyl. Ils sont une source constante de radioactivité qu’ils répandent dans l’air et dans l’eau. La population environnante d’une centrale nucléaire ainsi que tous ceux qui consomment les produits agricoles locaux, incluant le lait et la viande, absorbent ces radiations en mangeant, en buvant, en respirant. Ces substances sont aussi absorbées directement à travers la peau.

Le taux de radioactivité, même faible, est dangereux. Parce qu’elle peut s’incorporer aux molécules organiques du corps, la radioactivité pose des risques sérieux. Des tests sur des animaux ont démontré certains impacts au niveau génétique et sur le plan du développement des embryons. Les études scientifiques indiquent que toute exposition, aussi minime soit-elle, peut abimer une cellule et mener à la naissance d’un enfant dont la génétique sera affaiblie.

Dans le passé, on s’est battu pour éviter que des déchets radioactifs soient enfouis aux États-Unis, trop près de nos frontières. Aujourd’hui comment peut-on ne pas applaudir le démantèlement d’une centrale québécoise?

L’humanité n’aura jamais produit une empreinte écologique aussi énorme et aussi indélébile. Où est notre responsabilité? Accepter de se départir de ces centrales et trouver d’autres façons d’assurer la prospérité d’une région, c’est bien la moindre des choses qu’on peut faire. Qu’en pensez-vous?

Andrée Robert
http://www.arlittera.com

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Gérer nos énergies… »

  1. Chems Luc

    En effet, et espérons que l’énérgie solaire ne donnera pas les mêmes désillusions, ou plutôt espérons que les concernés utiliseront les méthodes adéquates pour ne pas aire les mêmes ereurs qu »avec le nucléaire;

    Car somme toute, l’erreur n’est pas dans les choses, mais dans les façons d’usage..

    j’aime bien ton choix des sujets…

    Répondre
    1. Andrée Robert Auteur de l’article

      Merci pour ton commentaire. Tu as bien raison quand tu précises que l’erreur n’est pas dans la chose mais dans son usage. Je pense qu’on doit être vigilant et accepter de se reprendre quand on s’est trompé.
      Il faut probablement aussi une « pureté » dans l’intention, pour éviter qu’on s’embarque dans un programme énergétique qu’on veut durable et favorable à l’environnement… tout en nourrissant secrètement des intérêts mercantiles. Je ne dis pas qu’au final on ne puisse pas être gagnant des deux côtés, mais avant de s’embarquer, il faut que les priorités soient clairement établies.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s